•  

     

     

     

     

     

     

     

    *+* 

    *+*+*+*+* 

    *+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+* 

     *+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*

     

     

    * J'aurais seulement aimé *

     

     

     

     

     

    Ce matin qui s'exalte d'écriture anonyme,

    Prophétie de bonheur ou encore d'évidence

    Que j'appelle à mes yeux qui ont perdu la frime

    Dans ces quartiers rupins aux façades qui dansent ...

     

    Cette sérénité coûte cher au sublime!

    La musique du soir à la télé ducon

    Me jette ces paroles qui j'embellis sans rime

     A chacun à sa fenêtre, à chacun sa prison.

     

    j'ai seulement parlé du soleil qui se lève,

    J'aurais simplement dit: "Qu'il se lève toujours"!

    Qu'il soit en nous brûlant, sur l'escalier du rêve

    Que j'emprunte la nuit, sans le quitter le jour!"

     

    J'aurais seulement aimé que tu sois du voyage,

    Toi, illustre inconnu qui habite mon rien ...

    Que j'exploite, que j'habille, et caresse au passage,

    Dans les quartiers sordides où ne se passe rien!

     

    j'aurais seulement voulu nous éblouir encore,

    Ecrire aux autres hommes mes graffitis d'amour,

    Et leur jeter au cœur, ma tendresse à l'aurore,

    Pour dépasser le ciel, quand se lève le jour!

     

    (Extrait du manuscrit  "La prison des rêves" (1990)

     

     *+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*

    *+*+*+*+*+*+*+*

    *+*+*

    *+*

    +

     

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

    0

    *0*

    *0*0*

    *0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*

    *0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*

     

     

    *Où es-tu ?*

     

     

     

     

     

    Où es - tu?

    Pâle ironie

    Des rues qui s'em-poumonnent

    Irradiées

    Où es - tu?

    Le ciel creuse la route

    Qui mène jusqu'à toi ...

     

    *0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*

    *0*0*0*0*0*0*0*0*0*0*

    *0*0*0*0*

    *0*

    0

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

    *!*

     *!*!*!*!*!*

     *!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*

     *!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*

     

    Souffle le soir, la danse lunaire

                      Amène-moi

    Les cris du passé  ...

                        J'ai fait voler au loin

                        Les chimères de nos amours

                        Figées

                                                 Assis sur un banc de frissons

                                          L'été effleure ta tête

     

    Les rumeurs froides

                Batailles rangées

                                       Sont des chagrins en transhumance

     

     

     

    Mai 1990

     

     

     

     

    -+- SOUFFLE LE SOIR -+-

     

     &+&+&+&+&+&+&+&+&+&+&+&+&+&+&+&+&+&+&+&+&+&+&+&

    &+&+&+&+&+&+&+&+&+&+&

    &+&+&+&

    &+&

    +

                                                 

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

                  *:*:*                

    *:*:*:*:*:*

    *:*:*:*:*:*:*:*:*:*:*

    *:*:*:*:*:*:*:*

    *:*:*:*:*:*:*:*:*:*:*:*:*:*:*:*:*:*:*:*:*:*

     

    Et ce flot de guitare

    Sous les fenêtres ...

     

    Les roses ont un parfum de Lavandou

     

    Les rivières éclatantes

    Nous démontrent la fragilité des chemins.

     

    La musique n'est peut-être

    Qu'un arc tendu

    Au travers d'un faisceau d'étoiles

      

     

     

          

    * Et ce flot de guitare *

     

     

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  •  

     

     

     

     

    *

    *=* 

    *=*=*=*=*=*=* 

    *=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*

    *=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=* 

     

    -=  Les pages =-

     

     

     

     

    les pages déchirées de mes livres d'enfant

    Ont un goût de bibliothèque

    Elles s'écornent indirectement

    Sur le savoir qui m'échappait alors

     

    Où est passée ma tendresse d'automne?

    Mes parfums australiens de déserts évoqués

    Au cauchemar du ciel

    Epuisé de voix borgnes

    De souvenirs haletants?

     

    *=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*

    *=*=*=*=*=*=*=*=*

    *=*=*=*=*

    *=*

    *

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

    =°=

    =°=°=°=°=

    =°=°=°=°=°=°=°=°=°=°=°=°=°=°=°=°=°=°=°=

     

    =°+°=

     

    Aux assauts du Concorde

    J'aborde l'horizon

    Supersonique

     

    Le flash des rues

    Est l'itinéraire absolu

     

    Que mes rêves sont fous!

    Et les ailes

    Que les moulins de nuit affligent

    Noient le profil de notre silhouette

     

    =°=°=°=°=°=°=°=°=°=

    =°=°=°=°=

    =°=

    °

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

     

    +*+*+*+*+* +

    +*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+ 

    +*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+ 

    +*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+*+  

     

     

    *FUTUR AILLEURS*

     

     

                         Où sera le futur?

                                   Dans la larme océane

                                              De la foule égarée?

     

    Dans un jardin public?

    Ils sont tous apeurés

    Et pourtant si vainqueurs!

     

                                       Où sera ce peuple échevelé de ciel?

    Aux sirènes d'oiseaux criant à nos fenêtres?

    Au bâillement des gouffres

                         Saillis sous les feuillages?

     

                     Imbibé de pouvoir

                                Où seras-tu déjà?

                                                     Que sera notre hère?

    L'inquiétude est un masque étonnant de lumière

     

                                     Nous ne savons plus lire dans les livres

                                                 D'ailleurs

     

    *-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

    *-*-*-*-*-*-*-*

    *-*-*

    *-*

    *

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  •  

     

    +0+ 

    +0+0+0+ 

     +0+0+0+0+0+0+0+0+

     +0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+

    +0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+ 

    +L'amour fou+

    +0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+000+0+0+0+0+0+0+0+

    +0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+0+

    +0+0+

    +0+

    0

     

     

             Je harcèle les toits

            Des maisons de tuiles roses

                   Je frappe aux portes

       Des inconnus

               Dont l'incandescence

                   Se déshabille sur le lit

     

                                            Ils ont la peau blanche

                                           Douce sous les draps

                                         Que j'apprends un par un

     

     

                                                               L'amour fou

                                                                     Est prophétie, inéluctablement

     

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

    !:!

    !:!:!:!:!

    !:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!

    !:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!

     

    Le magnétisme du passé

    Avec le temps qui ferme les yeux!

     

    et tes yeux que je caresse ...

     

    Ces odeurs de musique

    Ces soupirs de guitare

     

    Tranquilles

     

     

     

    !:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!

    *Passé*

    !:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!:!

     

     

     

     

     

     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique